mercredi 16 mai 2018

Séance 12 / 10 avril > 2e journée de fabrication au Phun

Par Péroline


Matin – Debriefing pour lancer la journée

9h15 : Les étudiants, Catherine Aventin et les membres du Phun, Élise, Romain, Pherraille et Fredo, se rassemblent autour de tasses de thé et de café pour faire un point sur la première journée de travail à l'Usine.

Chaque binôme s'exprime à tour de rôle pour présenter l'avancement de son totem après une journée d'atelier, et des actions à réaliser dans cette nouvelle journée.

La matinée se présente dans la continuité de la première journée de travail : après avoir rassemblé la bonne quantité de tubes découpés aux longueur souhaitées, il s'agit désormais de gérer l'assemblage du totem. L'ensemble du groupe a également conscience qu'il sera nécessaire de commencer à peindre dans la journée pour avoir un temps de séchage correct. Aussi l'étape peinture se fera plus probablement pendant l'après midi.

Après ce tour de table, les Québecoises responsables du totem Fenêtres sur la Cartoucherie précisent que si certains ont fini leur totem en avance, elle apprécieront d'être rejointes pour finir leur totem, et ainsi être sûres d'être dans les temps.

Pherraille propose de disposer avec davantage de précision l'emplacement de chaque totem dans le quartier de la Cartoucherie, en les marquant sur un plan.
 
De plus, est soulevée la question de l'emprise des totems sur l'espace public : est ce qu'il a été anticipé que les totems ne gênent pas le passage, etc … Cette contrainte ayant été prise en compte en amont lors de la conception, les totems ne devraient pas être considérés comme des obstacles lors de leur installation.

Par ailleurs, s'est également posée la question du système de fixation et de la stabilité des différents totems. Les revêtements de sol sont-ils neufs ou encore à l'état de gravas ? Le sol est-il plan ou irrégulier ? Autant de questions qu'il faudra anticiper avant l'installation sur site, pour savoir s'il est possible de s'ancrer directement dans le sol ou si d'autres systèmes de fixation doivent être envisagés.

Enfin, un point est fait sur l'installation en Fil tendu, la seule qui nécessitera plus de travail sur site qu'en atelier. Néanmoins, les membres du Phun nous conseillent d'expérimenter la mise en place à échelle réelle. En effet, tester en amont permettra de nous rendre compte du matériel nécessaire, et surtout de voir combien de temps cela peut prendre.

En effet, certains clous vont devoir être plantés assez hauts – notamment ceux pour faire le profil de bâtiments – aussi nous sommes nous rendus compte que deux escabeaux seront nécessaires pour cette installation.

Pour finir, la problématique des bacs de fleurs a été abordée : Quels fleurs ? Où s'en procurer ? Et dans quel réceptacle les présenter ?
Si un achat doit être fait, il devra être fait rapidement. Et il faudra anticiper leur stockage et leur arrosage avant l'installation à la Cartoucherie.
Pour le réceptacle, une proposition est faite de construire des jardinières en tube de carton, ce qui permettrait de rester fidèle à l'écriture générale du projet.

Si ces questions ont été soulevées, elles n'ont pas trouvées de réponses en ce début de journée. Nous choisissons de nous mettre au travail et de laisser mûrir la réflexion sur ces sujets.

Fixation des marches du belvédère

Percements de trous pour encastrer les tubes

Fixation d'une longue-vue dans sa patte métallique

Midi – Pique-nique, puis point d'avancement autour du café.
Pique-nique partagé, en intérieur pour cause de météo pluvieuse.
Pendant le repas, Phéraille nous interroge sur notre envie de "jouer" l'instant pique-nique lorsque nous serons installés à la Cartoucherie. Le pique-nique est une forme de prétexte pour créer de l'interaction entre des personnes, et quoi de mieux pour ce faire que de le mettre un peu en scène ?
Pour cela, l'idée est de profiter du panel multi-culturel qui est représenté par différentes étudiantes de l'atelier : quatre Québecoises, une Argentine et une Angolaise et des Françaises et Français.


Une réflexion commune est ensuite tenue concernant les planches de bois entourant les arbres : il s'agit d'un support de communication qui avait été repéré lors de la visite sur le site avec le Phun. Il est apparu qu'un retour était nécessaire pour décider de comment exploiter ce support.
L'objectif était de faire appel, de proposer une invitation à participer, quel signe / leitmotiv mettre en place pour répondre à cet objectif tout en étant représentatif du projet collectif ?


Phéraille nous fait alors part de ses réflexions sur le sujet, et nous montre des yeux en papier de différentes tailles, que nous pourrions coller sur nos totems, ou à divers endroits de la Cartoucherie. Le concept de ces yeux est de mettre en évidence notre volonté de proposer au public de regarder le quartier avec un point de vue différent, avec un œil nouveau.


Si d'autres propositions ont été énoncées, elles n'ont cependant pas convaincues à l'unanimité, aussi la question est finalement restée ouverte. Néanmoins, nul n'oublie qu'un choix devra être fait en amont de l'installation des totems dans le quartier, puisqu'il sera nécessaire d'imprimer les images / leitmotivs avant le jour J.


Dans un second temps, les couleurs choisies sont remises en question : si le rouge est accepté à l'unanimité, le violet pose problème. Un tour de table est alors entrepris pour que chaque groupe s'exprime sur la façon dont ils avaient penser peindre leur totem :

  • Multi longue-vue : tubes centraux en rouge et tubes périphériques en violet
  • Muni-tronc : une demie face du tube en rouge
  • Belvédère : tubes les plus hauts en rouges, les autres ne seraient pas peints du tout. Ou s'ils le sont, il faudra choisir lesquels pour donner de la profondeur au totem.
  • Fenêtres sur la Cartoucherie : peindre l'intérieur de certains tubes d'une couleur (autre que le violet en l'occurrence), et peindre l'extérieur d'autres d'une autre (en rouge). Certains tubes pourront ne pas être peints.

Il est alors proposé d'associer au rouge et au violet, une troisième couleur plus lumineuse : du jaune. En parallèle de cela, Rose et Thibaud, plus avance sur leur totem que les autres groupes, proposent de faire des tests de peinture sur des chutes de tubes pour voir les rendus possibles. Ils proposent aussi d'essayer plusieurs mélanges de violet pour expérimenter différentes teintes, qui seront votées plus tard dans l'après midi.
Thibaud et Rosemarie présentent les différentes teintes et effets de peinture.
 

Début de peinture du totem Multi longue-vue, pendant que les tubes les plus bas sont fermés avec des cercles en bois

Essai de placement des tubes sur le totem Fenêtres sur la Cartoucherie


Pour le même totem, peinture groupée de l'intérieur des tubes
Fin de journée – Debriefing

17h30 : avant de clôturer la journée, nous faisons un tour de table pour constater de l'avancement de chaque groupe, et de ce qu'il restera à faire lors de la dernière journée de travail.
  • Multi longue-vue : la peinture est terminée, il restera à peindre les tubes restants en violet. L'assemblage du totem est presque terminé, il faudra penser à la logique de montage, pour qu'elle soit simple et efficace lors de l'installation sur site.
  • Muni-tronc : la peinture est également terminée, peut être qu'il faudra faire une deuxième couche le lendemain. La base des tubes a été bombée en doré, et les impressions d'écorces ont été collées légèrement froissées pour donner une impression de relief. Il ne restera que les finitions pour le lendemain. 

  • Belvédère : l'assemblage global du totem est terminé, les deux plus hauts tubes ont été peints en rouge. Il reste à décider quels seront les autres tubes à être peints, en violet ou en jaune.
  • Fenêtres sur la Cartoucherie : Une grande partie des tubes ont été peints, même s'il y en aura encore quelques uns à peindre. La plaque de bois servant de support est terminée d'être percée, elle est donc prête à recevoir les tubes, qu'il faudra donc finir replacer et fixer. Enfin, il restera à imaginer et à fabriquer des pieds pour maintenir le panneau vertical.
Préparation pour Muni-tronc
Pour finir, nous faisons un dernier retour sur les jardinières en tube : en effet, se pose la question de leur fabrication, et de comment protéger le carton de la terre et de l'eau. Finalement, une autre idée émerge : au lieu d'utiliser le tube de manière horizontale, la proposition est de l'utiliser en vertical, comme la plupart des totems. De cette façon, le tube pourra être utilisé comme cache-pot et sera dans la continuité visuelle du projet collectif.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.