mardi 26 mars 2019

Séance 8 > 21 mars : le projet collectif se précise


Par Océane ; photos Océane et Catherine
De retour au Phun pour le projet collectif. 
Point collectif sur l'avancement des réflexions
Cette fois-ci, les idées sont plus cohérentes et commencent à être plus claires. Nous avons travaillé sur une grande maquette de la voie de TOEC, pour se rendre compte de l’échelle réelle des futures création sur le lieu. 
Calcul des hauteurs diverses des tubes et leurs dispositions
Les matériaux principaux sont des tubes en carton, nous devons aussi réfléchir aux liaisons possibles à partir de ce qu’on a. 
Proposition de liaisons (croquis de Naïm)

Des tours signalétiques colorées : pour permettre aux flux de circulation de ralentir, le lieu semblera en quelque sorte valorisé, découvert de nouveau, et est appréhendé de manière différente qu’au quotidien. A force de chercher des cadrages, ce lieu « désertique » ne l’est plus : vue ouvrant sur l’abri-bus de l’autre côté de la route ; effet « d’entonnoir » qui recentre sur le lieu. La coupure entre Cépière-haut et Cépière-bas n'est plus une coupure mais un espace que l'on a envie d'admirer, de découvrir.
Attendre le bus autrement : Pour cela, nous avons d’abord testé une système d'attache en utilisant de la sangle et des agrafes, ensuite nous avons essayé de lier les tubes avec de la ficelle, en faisant des nœuds d’arrêts et des tours morts pour éviter que le système ne se défasse (image 3). Après un après-midi de tests, nous sommes partants pour la première technique, car la deuxième donnait trop de flexibilité entre les joints.
Test avec les sangles, la colle, les agrafes
Test de rigidité et de confort, avec Klaus, pour la version avec sangles + agrafes
En guidant la personne pour adopter une posture différente, ceci lui permet de se poser, avoir la vue orientée vers le ciel, observer les passages d’avions... Ces entourages à force d’être vus deviennent « invisibles », seront de nouveau revalorisés, et relèvent une caractéristique du quartier.
Naïm et Aline au travail sur la grande maquette
Les pignons de la nouvelle Cépière : avec une représentation typique des maisons au toit à double pente du quartier, l’idée est de s’appuyer sur l’abri bus du côté Cépière-haut, à travers lequel se formera une fenêtre qui cadre sur les nouvelles maisons de la Cépière-bas. Encore une fois, nous voulons insister sur les caractéristiques fortes du quartier, et guider la vision des habitants vers l'avenir.

Lors de la prochaine séance du projet collectif, nous irons sur site avec Le Phun pour prendre des mesures précises, afin de déterminer précisément l’emplacement de chaque proposition, vérifier les points de vue, les effets visuels, flux de passages, etc. et enfin, comment nous pourrions mettre tout cela en œuvre efficacement au jour J ?