mardi 27 mars 2018

Séance 8 / 22 mars > Le projet collectif prend forme

Par Léa.

Chaque équipe ou duo présente son travail au groupe, qui discutent et affinent les propositions :
Macarena et Laurie présentent leur travail


Laurie et Macarena – À la découverte
L’installation consiste en la création de mises en scènes futures du quartier de la Cartoucherie à l’aide de corde sur une grande surface à l’entrée du quartier.
Éléments à définir :
  • Longueur de corde à prévoir : 96 m de linéaire au minimum de corde pour faire les silhouettes + 10% pour les petits tours + le gaspillage
  • Combien de clous ?
  • Comment mettre les clous ?
  • Il faudra fabriquer un gabarit (feuille A0, assemblée si besoin) pour faciliter la création des éléments plus complexes avec la corde et les clous : le rond de la roue de vélo, personnages, oiseaux…
Décisions :
  • Éléments réels (arrosoir, bacs à fleurs/légumes, poubelle) = à couper en deux pour être sûrs qu’ils ne se fassent pas voler
  • Tous les éléments réels d’une même couleur
  • Choix d’une seule couleur pour le fil (celui qui contraste le plus avec le fond existant)
    Jessica et Ginette – Le belvédère
    L’installation consiste en un système de marches avec piliers aux alentours qui permet de cadrer la vue du "mirador".
    Éléments à définir :
    • Réfléchir à comment disposer les différents éléments
    • La forme de la plaque qui servira du dessus de la marche et apposé sur les trois rouleaux verticaux (Trois rouleaux mis ensemble pour faire 1 marche)
    • Comment stabiliser les rouleaux au sol ? : Une possibilité serait d’insérer des sacs de sable à l’intérieur. Cette technique serait facile et rapide à installer et à désinstaller
    Assemblage des éléments :
    • Coller ou perforation
    • Insertion ou boulons et écrous
    Adrien et Péroline – «Occuli Voculi»
    L’installation consiste en trois rouleaux de carton principaux placés à la verticale et comportant trois longues vues, et trois "longues-ouïes".
    Éléments à définir :
    • Support pour entendre : L’installation sonore devra être réfléchie et testée afin que le son soit projeté jusqu’à l’oreille de l’utilisateur. L’idée émise par l’équipe est de placer une enceinte à la base qui projette le son vers le haut grâce au tuyau.

    Rosemarie et Thibaud– Munitronc
    L’installation a pour but de rappeler le passé du site (sur la rue des munitionnettes) et de montrer une percée visuelle sur de l'autre côté.
    Discussion autour de "Munitronc"
    Éléments à définir :
  • Travail sur la texture de l’écorce : Recréer une texture d’écorce sur les tuyaux de carton soit à l’aide de papier mâché, d’une image imprimée ou encore de papier peint. La solution devra être testé par l’équipe.

Léa et Krystel – Fenêtre sur la Cartoucherie
L’installation consiste en un assemblage de tuyaux de cartons superposés les uns avec les autres de diverses longueurs et de diverses grosseurs. Dans certains tubes, il y aura des images de l’ancienne Cartoucherie permettant donc une image du passé du site. Il y aura aussi de petits bonshommes dans certains des tuyaux pour représenter la vie du nouveau quartier.
Éléments à définir :
  • Situer plus précisément quels seront les tuyaux qui comporteront des vues et ceux qui comporteront des personnages à taille réduite.
  • Système constructif de l’installation (à discuter avec le PHUN)
À faire :
  • Expliquer les deux propositions pour vérifier avec le PHUN quelle proposition est davantage constructible. Il faudra donc illustrer schématiquement l’idée du panneau de bois troué afin de compléter l’affiche.
  • Faire une annonce pour récupérer les rouleaux de cartons au sein de l’école.
  • Contacter les entreprises d’imprimantes et de tissu pour récupérer des rouleaux de carton.

    DUO DE COULEUR CHOISI : ROUGE ET VIOLET
    Après que tous les étudiants aient proposé leur duo de couleur favori qui se retrouvera sur les installations du workshop, la majorité des choix convergeait vers le duo du rouge et du violet (tirant sur le bleu).
    PHRASES SUR LES PLANCHES ENTOURANT LES ARBRES
    Presque tous les présents proposent des phrases, mais nous décidons d'y réfléchir encore avant de faire le choix. A voir la prochaine fois !

Séance 7 / 15 mars / sur site avec le Phun, le projet collectif se précise

Par Péroline


Matin – Visite sur le site



Étaient présents notre groupe d'étudiants, ainsi que C. Aventin et l'équipe du Phun, une compagnie de théâtre de rue.


L'objectif de cette visite à la Cartoucherie était de confronter notre concept du projet collectif avec la réalité matérielle du site.


Rappel : La semaine précédente, nous avions proposé d'installer des “arches” sur l'espace public selon un parcours divisé en trois temps, chacun avec une symbolique temporelle :

  • Portion 1 : de l'arrêt de tram Casselardit à la Promenade des Sports, représentant le passé du quartier.
  • Portion 2 : la Promenade des Sports, idéalement dans un des deux bassins de rétention, événement central faisant appel au présent.
  • Portion 3 : de la Promenade des Sports à l'arrêt de bus Grande Bretagne, représentant le futur.

Nous devions donc expérimenter ce parcours sur le terrain, déterminer le cheminement le plus clair et le plus logique, puis repérer des emplacements stratégiques où positionner nos “arches” sur l'espace public.


Une première traversée du site nous a permis de présenter ce projet collectif aux membres du Phun. Dans le même temps le Phun a échangé avec nous en mettant en évidence les potentialités du site en terme de supports, soit :

  • Des panneaux en bois triplis occultants des vitrines de commerces au rez-de-chaussée encore non investis.
  • Des planches de bois encadrants les arbres.
  • De manière plus générale, être attentif au mobilier urbain présent, susceptible de devenir un point d'accroche.


Rez-de-chaussée occulté avec des panneaux bois triplis, support possible

Planches en bois, support possible de messages divers

Sans oublier le travail de la couleur, essentiel pour être visible dans un lieu public !


L'expérience du Phun nous a également été bénéfique pour nous rendre compte que le site en l'état a des défauts qu'il faudra veiller à prendre en compte :

  • Les abords des bassins de rétention ne sont pas encore aménagés, le sol est de cailloux et de terre, ce qui n'est pas vraiment engageant.
  • Les bassins de rétention en eux-même contiennent nombres de déchets, ce n'est donc pas idéal ni judicieux d'y proposer une activité.
  • Des débris de chantiers sont délaissés à proximité des zones en travaux, ce qui perturbe le passage des piétons.

Une pause en fin de matinée nous a permis de faire un débriefing et de soulever quelques points d'interrogation :

  • Évoquer une temporalité (passé / présent / futur) sur toute une portion de parcours apparaît comme étant irréaliste.
  • Quels sont les intérêts des “arches” ?

→ Point de repère

→ Seuil spatialisé

→ Potentiel de cadrage

  • Si les “arches” sont des cadrages, aussi quelles vues choisir ? Pour quelle raison ?

Avec ces questions, nous sommes arrivés à nous questionner sur le fond même du projet collectif : quelle histoire voulons nous raconter à la Cartoucherie ?



Suite à un débat collectif, nous avons redéfini et simplifié nos objectifs :

  • Le début et la fin du parcours seront des indicateurs temporels :

→ depuis l'arrêt de tram, évoquer le futur du quartier comme une invitation à venir s'y promener.

→ sur l'arrêt de bus, représenter une image du passé de la Cartoucherie comme rappel de ses racines.

  • Le parcours sera jalonné par des interventions localisées donnant vue sur des lieux remarquables du site.

Une fois cette décision prise, nous avons refait un tour sur le site pour choisir avec précision les emplacements de nos futures installations. Ceci en étant attentif à la continuité du parcours, c'est à dire que chaque point soit visible depuis le précédent. C'est aussi à ce moment là que nous avons choisi les emplacements en fonction de vues inédites que nous voulons donner du quartier. 

Midi – Pique-nique sur place, sous le soleil
Une petite table en palette et le tour est joué !
Après-midi – Rétrospective dans les locaux de l'ENSA
Échange avec Phéraille, qui commence par nous mettre en garde sur la forme que nous avons choisi pour les arches. En effet, nous avions opté pour des rubans tendus et colorés, choix esthétique pouvant faire office d'accroche visuelle.
Néanmoins, pour réaliser ce dispositif, il faut apporter un travail d'une grande précision, et disposer de suffisamment de temps. Si la précision est à notre portée, la problématique du temps est impossible à ignorer : nous devions nous orienter vers un dispositif simple et efficace.
Par ailleurs, s'est également posée la question du matériau à utiliser pour construire nos arches. Cette question avait déjà été soulevée la semaine précédente, et était toujours en suspens.
Si nous avions pensé utiliser du bois pour des questions esthétique, il devient vite évident que ce serait trop complexe, et ce pour plusieurs raisons :
  • Comment gérer les articulations entre les différentes pièces ?
  • Comment assurer la stabilité de l'ensemble ? Et ce sans la possibilité de se fixer dans le sol !
  • Comment gérer la prise au vent de l'ouvrage ?
La possibilité d'utiliser du plastique, en tube ou en tige, a alors été évoquée. Si cela permet de résoudre la question constructive, il n'en restait pas moins que l'objet en lui-même posait problème.
En effet, l'arche en tant que telle, ainsi posée sur l'espace public, pourrait-être considérée comme un encombrant qui perturberait la circulation des personnes. Et il apparaissait évident qu'il n'était pas souhaitable de générer cette situation, mais bien de proposer une intervention douce et poétique sur l'espace public.
C'est suite à ces réflexions que Phéraille décide de sortir de sa manche une carte maîtresse : il a récupéré en grande quantité des tubes en carton d'imprimerie, de 20 centimètres de diamètre et de 1,40 mètres de long. Il nous propose donc de profiter de cette ressource et d'imaginer quoi en faire.
Sur cette nouvelle encourageante, nous synthétisons les données recueillies le matin point par point :


  • Tram : utiliser la façade en panneaux bois triplis du rez-de-chaussée pour créer une scène en 2D représentant un futur potentiel du quartier. (matériau : clous, fil, rubans)
  • Point 1 : point de vue sur un mirador au loin.
  • Point 2 : multi longue-vue cadrant sur plusieurs lieux remarquables, soit un bâtiment de logements participatifs, la grande halle et le château du Barry.
  • Point 3 : point de vue sur un arbre entre deux bâtiments (jeu de surprise et de perspective).
  • Point 4 : point de vue sur les petites halles (possibilité d'utiliser une plaque d'égout comme marquage au sol).
  • Bus : utiliser le verso de l'arrêt de bus pour afficher une image de la Cartoucherie telle qu'elle était pendant l'époque industrielle.

    Plan avec localisation des différents points d'intervention


    Exemple de silhouette sur façade en panneaux de bois triplis
    Cadrage sur le mirador
    Multi-longue-vue, cadrage sur la grande halle
    Multi-longue-vue, cadrage sur le bâtiment de logements participatifs
    Multi-longue-vue, cadrage vers le château du Barry
    Cadrage surprise sur un arbre ancien
    Verso de l'arrêt de bus, qui sera support d'une image du passé
    Une fois tous d'accord sur les différents emplacements et cadrages, nous nous répartissons un lieu pour un binôme de travail. L'objectif étant de réfléchir à une réalisation concrète, notamment avec les tubes en carton comme matériau de base.
    Après une réflexion d'environ 30 minutes, chaque binôme présente sa proposition. 

    Macarena & Laurie – Tram

    La proposition est de créer une scène en 2D grâce à du fil tendu. La scène comprendrait une skyline (soit le profil de bâtiments) du quartier, un jardinier arrosant des plantes, un cycliste, un arbre, etc
    Est évoquée la possibilité d'intégrer des éléments en 3D : plantes, vélo ...
    Il est aussi proposé d'installer une silhouette dans laquelle les passants pourraient se glisser et se prendre en photo.
    Pour inviter à visiter la quartier, est soumise l'idée d'une silhouette d'un enfant posant la question “Tiens, qu'est ce qu'il y a là bas ?” 
    Schéma d'intention
    Jessica, Krystel & Ginette – Point 1
    L'idée est de créer un poste d'observation surélevé avec les tubes en carton, ainsi que d'avoir des éminences hautes de part et d'autre afin de cadrer sur le mirador.
    Schéma d'intention
    Un dispositif pourrait également être mis en place pour faire comprendre au passant que c'est le mirador qui doit être vu. Il pourrait s'agir de fils tendus entre les éminences qui cadreraient le mirador avec davantage de précision, ou encore de dessiner des lignes de perspective sur le poste d'observation.

    Adrien & Péroline – Point 2
    L'intention est de proposer une multi longue-vue sur l'espace public. Au départ, trois longues-vues venaient s'insérer dans un seul tube central faisant office de support.
    Il a également été proposé de mettre de petits hauts parleurs à l'intérieur de ce tube central dans le but d'avoir une explication auditive sur ce qui est donné à voir. Il faudrait donc trois hauts parleurs, un par vue, chacun étant relié à la longue-vue correspondante avec un flexible de chantier.
    Néanmoins ces deux idées étaient incompatibles sur le plan technique, aussi la multi longue-vue a été repensée avec un tube support par vue, et donc par haut parleur. La deuxième proposition a l'avantage d'être plus simple à réaliser, plus esthétique et plus ergonomique.

    Schéma et maquette d'intention, première version


    Schéma d'intention, deuxième version

    Thibaud & Rosemarie – Point 3
    L'idée consiste en une installation bi-face, avec d'un côté une image évoquant l'écorce d'un arbre, et de l'autre une cartouche de fusil.
    L'intention est de marquer un contraste entre la dimension écologique que porte le nouveau quartier de la Cartoucherie avec son passé de manufacture d'arme.
    Le support proposé pour ces deux images serait un bidon, lequel serait percé en son travers pour donner à voir l'arbre ancien entre les nouveaux bâtiments.
    Schéma d'intention
    Jessica, Krystel & Ginette – Point 4
    La proposition est de disposer des tubes en carton de diamètres différents de manière horizontale. De cette façon, les passants pourront regarder au travers de certains tubes qui cadrent sur les petites halles.
    D'autres tubes pourront être occultés avec des papiers colorés, ou avec des photos de l'ancien quartier ou même des photomontages d'un avenir possible du quartier.

    Schéma d'intention
    Pour le dernier emplacement, soit l'arrêt de bus, il a alors été convenu avec l'ensemble du groupe qu'il sera nécessaire de contacter les archives municipales pour obtenir d'anciennes photos de qualité.

    Prospective pour la semaine suivante :
    Chaque binôme devra faire une fiche technique de son installation, en précisant :
    • l'emplacement
    • croquis, maquette, schéma
    • descriptif constructif
    • détails des matériaux nécessaires
    • références

    Des mots et/ou des phrases devront être proposées pour être affichés sur les planches qui cernent les arbres, et ainsi aiguiller les passants tout le long de leur visite.

    Chaque étudiant pourra également réfléchir à un duo de couleurs permettant d'identifier l'ensemble du projet collectif lorsqu'il sera installé à la Cartoucherie.

lundi 12 mars 2018

Séance 6 / 8 mars / Quoi faire collectivement ? + Avancement individuel


Par Laurie.

Quoi de neuf cette semaine ?

* Quoi de neuf ?



Adrien travaille sur un projet de jardins partagés et d’embellissement dans son quartier (valorisation visuelle)

Péroline nous signale les portes-ouvertes des Beaux-Arts ce weekend (contacts potentiels)





* Projet collectif



Réfléchir collectivement

Exprimer ses idées





Idées lancées :



-  Trois installations qui font référence au passé, au présent et au futur du quartier

-  Projet éphémère dans le but de générer une dynamique locale

-  Exposition dans l’espace public avec des commerces ou services (faux, projection future)

-  Kiosques avec nourriture (fruits, légumes, etc.) et végétation

-  Passages insolites = installations ludiques et intrigantes qui permettent de découvrir

-  Revenir sur le passé de la Cartoucherie, donner à voir (idées de vitrines)

-  Bancs permettant de s’approprier l’espace (question du temps à considérer)

-  Faux accident joué, moment de perturbation, jouer la comédie

-  Fils d’Ariane menant à des points d’informations

-  Idée d’un parcours

-  Semer ou peindre les idées des gens (mise en commun des idées amenées)

-  Participation des habitants (croquet ou golf)

Références


Idées conservées :



-  Arrêt Tram « Casselardit » à Bassin ß arrêt Bus

-  Installation(s) interactive(s)

-  Arches attractives et repérables créant un parcours menant à la Promenade des sports

-  Poteaux reliés par des rubans (référence à installations de Megan Geckler) ou tissus tendus

-  Passage à travers le temps (passé vs futur) et fusion au centre

-  Panneaux d’informations tout au long du parcours

-  Nuage d’idées mises en commun (idées en suspens, donc suspendues)

-  Matériaux recyclés

Le tableau, à la fin des cogitations !

Questions :



-  Quel trajet à travers le quartier ?

-  Comment faire tenir les structures / poteaux ?

-  Quelles informations voulons-nous partager ?

-  Combien d’arches et à quelle distance ?

-  Quel matériau ? Rubans ou tissu ?

-  Comment représenter les temporalités ?



* Rendez-vous la semaine prochaine, avec le Phun, sur place (apporter pique-nique, ruban à mesurer, etc.).



Informations diverses concernant les projets à venir dans le quartier



-  Programmation en cours sur la grande halle

-  « Cité du chantier » (faire rencontrer les gens entre eux) dans une partie délimitée de la hall

-  Extérieur = Projets divers qui évoluent : installation de Quaternion, « jungle urbaine », petite salle de spectacle, cinéma, etc.

-  Potentiel de projet de workshop en avril / mai possible aussi à l’intérieur de la grande halle.





Projet individuel



Rosemarie : Place des halls : Jeux de lumières, révéler le patrimoine, intégrer la végétation, éphémère



Péroline : ajout sur la place d’un élément identitaire et représentatif (cartouche), idée d’ambiances sonores.



Macarena : Promenade des sports > Jeux de topographie et de niveaux, agrandir l’espace vert et connecter les bassins entre eux, améliorer l’accessibilité et les connectivités.



Adrien : Frontières entourant l’existant > Initier la dynamique de quartier par des éléments attractifs qui assouplissent la frontière entre l’existants de le chantier, modulable pour perdurer dans le temps et évoluer avec le quartier.



Jessica : Zone non construite au niveau de l’arrêt de tram « Cartoucherie » > Prolongement de l’axe routier, générer une place publique à l’intersection, aménagement plus ou moins éphémère pour que les gens s’approprient l’espace.



Laurie : Cœurs d’ilots > Promenade traversant les ilots et reliant les différents usages entre eux.



Léa : Coulées vertes > Jardins submersibles, connexion entre les coulées, implantation d’une promenade et d’aménagements appropriables.



Krystel : Ilot participatif > Jardins partagés hors-sol, serre aquaponie, aménagement de la cour intérieure.