mardi 11 juin 2019

Fin d'année, la photo de groupe !

Sous la pluie mais souriants ! (debouts : Romain, Chloé, Aline, Phéraille, Frédo, Catherine, Klaus / devant : Océane et Naïm (manque Mostefa-Rached)
Merci à Nicolas Pradal pour la photo de l'équipe.

Séance 18 > 24 mai : démontage sous la pluie !

Photos : Nicolas Pradal
Après les chapeaux, tee-shirt et crème solaire de la veille, il a fallu enfiler les imperméables !
Après une nuit et une matinée sous la pluie et dans le froid, l'installation est toujours intacte et en place, mais personne ne vient plus nous voir...
Nous décidons de démonter en fin de matinée, de tout rapporter à l'Usine et de faire notre pique-nique partagé dans les locaux du Phun !








Séance 17 (suite)

depuis un des abribus (LC)

(LC)

Notre traditionnel pique-nique partagé (NP)

montage, ancrage (NP)

La vie du site, rythmé par les passages de bus (NP)

Séance 17 > 23 mai : installation sous le soleil


Premier jour de l'installation sur la voie du TOEC, au niveau des arrêt de bus de la ligne L2.
Soleil et chaleur au rendez-vous.
Nous avons, pendant cette journée, la visite des classes de l'école maternelle voisine, qui connait déjà bien Le Phun : les enfants viennent apporter les "petits bâtons" qui viennent rejoindre leur "famille" que nous installons ; un petit verre de jus de fruit pour fêter cette rencontre.
Des passants, des gens qui attendent le bus, des vieux messieurs qui habitent le quartier... viennent nous voir et discuter.
Les avions passent régulièrement au-dessus de nos têtes, on entend parfois le train, les bus passent et repassent...

Deux photographes professionnels nous suivent : Loran Choureau - Le Petit Cowboy (LC) et Nicolas Pradal (NP)
(LC)
 on sort tous les éléments, début d'implantation (LC)
(LC)
(LC)
(LC)

jeudi 23 mai 2019

Venez-nous voir à Cépière-Beauregard, sur la voie du TOEC !

Jeudi 23 et vendredi 24 mai, nous installons les structures conçues avec Le Phun, le long de la voie du TOEC, au niveau de l'arrêt de bus du L2, "Casteret".

Nous commençons à 10h, nous y serons jusqu'à 17h environ, puis retour vendredi et démontage dans l'après-midi (à voir selon météo).

Jeudi, la compagnie Le Petit Cowboy viendra filmer cette expérience.

Venez, profitez du beau temps annoncé ce jeudi !

Cette installation du projet collectif de l'atelier prend place dans la programmation du "Mois de l'architecture en Occitanie", soutenue par la DRAC Occitanie.
Les petits de la maternelle voisine viennent nous voir ! (photo : Loran Choureau - Le Petit Cowboy)

(photo Loran Choureau - Le Petit cowboy)

Séance 16 > 16 et 17 mai : pré-rendu du projet individuel

Par Mostefa.

La séance était celle du pré-rendu, où chacun a présenté son avancement sur son projet.
Océane > le « café des quenottes » : c’est un café destiné aux habitants du quartiers et surtout aux chiens, avec des espaces de soins et de bien-être pour les chiens. Le projet se compose de deux espaces et un espace extérieur entre les deux.
L’implantation se fait en suivant la trame principale des habitats du quartier, connecté à Beauregard comme à Cépière ; le quartier permet d’avoir un espace commun entre les deux où tout se passe autours des chiens.
Mostefa > son projet se situe à coté de l’arrêt de bus. L’intention du projet et de relier Cépière haut et Cépière bas en créant un lieu attractif multifonction avec un programme diversifiéà l’échelle de ce quartier. Le projet se compose de deux bâtiments qui reprennent la forme dominante dans le quartier (sous forme de pignon) qui devient le réceptacle de plusieurs commerces, d’une bibliothèque et d’un espace ouvert. Puis à coté il y a un petit espace sportif.
Aline > « WELCOME » : ce projet se situe en extrémité de Cépière bas, en face du passage de tram. L’idée est de créer un bâtiment qui marque l’entrée de Cépière en face du passage de tram, car c’est là où passe toute personne qui vient de l’aéroport de Blagnac en se dirigeant vers la ville de Toulouse. Le projet reprend la forme d’un mur pignon en extension, mais ce mur est vitré pour donner face à la ville de Toulouse et inciter les gens à venir découvrir le quartier de Cépière ; on garde aussi la typologie architecturale du quartier.
Naïm > à la frontière qui sépare Cépière et Beauregard, il crée un projet qui communique et relie d’une certaine façon les deux quartiers.
Il s’intéresse au parcours et l’utilise comme axe fondateur de son projet, sachant que le projet est un centre d’hébergement et de réinsertion sociale. Il propose différents espaces pour les occupants du centre, qui s’organisent autour du parcours créé dans le projet.
Klaus > il propose aussi de connecter Cépière haut et Cépière bas en franchissant la voie du Toec, créant un bâtiment avec toit qui fera le pont entre les deux.
Le programme du bâtiment sera diversifié avec des commerces comme une cafétéria, une épicerie. Ces espaces « servis » se placeront autour de l’espace « servant » qui sera un noyau dur semi-enterré, dédié aux locaux techniques. L’espace autour aura un grand vitrage pour accueillir une grande quantité de lumière naturelle.

Séance 15 > 9 mai : avancer sur le projet individuel


Par Naïm ; photos Catherine

En vue du pré-rendu du 16 mai, cette séance avait pour but de retrouver les projets de chacun, constater leur avancement et cibler les points à travailler pour la semaine prochaine.

Mostefa, Océane et Aline, devant leurs planches de projets.
Aline nous a présenté le projet « welcome ».
Situé en entrée de quartier, les enjeux urbains qu’elle défend sont une reconnexion des voies cyclable et voies douces dans la pointe du quartier de la Cépière et l’installation d’un équipement comprenant un lieu d’exposition, d’information touristique ainsi qu’une cafétéria. Le circuit piéton et cyclable qu’elle propose serait en mesure de desservir le quartier d’une autre façon.
Son bâtiment reprend les codes de représentation des constructions de la citée de la Cépière tout en proposant des jeux de transparence sur les pignons et au milieu du centre, pour marquer l’entrée du projet. Un aménagement paysagé du parc est aussi pensé avec une centralité autour de laquelle convergent tous les parcours.

Naïm s’est intéressé à la limite entre la résidence Beauregard et la cité de la Cépière.
Il propose d’installer un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) au fond de l’impasse Marcel Cerdan. Son projet très axé sur le parcours, identifie des séquences d’accompagnement de l’usager de la prise en charge à la sortie, en passant par la reconstruction dans une structure protectrice et par l’engagement associatif. Il profite de la pente du terrain, de la végétation ainsi que de la figure de l’impasse pour implanter un centre dont les entrées et sorties sont maîtrisées. 

Les planches de projet de Naïm et une maquette
Klaus pose au centre du quartier une structure concentrique en bois lamellé collé.
Elle accueille une cafétéria et une épicerie et s’adapte à un tracé en arc de cercle et tire profit d’une large ouverture qui inonde les espaces communs de lumière. L’ensemble de ces volumes de commerce s’articulent autour d’un noyau dur, semi-enterré, qui accueille les volumes réservés à la technique
De plus le toit-terrasse accessible est surmonté d’une passerelle qui fait le lien entre Cépière haut et Cépière bas.

Mostefa, sur la même parcelle a lui aussi l’intention de joindre les deux parties de la Cépière.
Mais non pas par une passerelle mais plutôt au travers d’une requalification de la voie du T.O.E.C. En installant deux structures d’un côté et de l’autre de la rue, le statut de celle-ci change au profit d’un espace retravaillée pour le partage et pour laisser des percées visuelles.
Son projet articule des installations sportives, un parking vélos et voitures, un bistrot avec terrasse et une bibliothèque/belvédère à l’étage du côté Cépière bas ; il y a aussi des commerces, un tabac et une boulangerie du côté de Cépière bas.

Océane a quant à elle travaillé sur un centre canin, le « café des quenottes », à 100 mètres du château d’eau.
Elle met ainsi à disposition des usagers des soins pour chiens, une garderie ainsi qu’un café. Son projet fait émerger un espace entre deux corps de bâti très intéressant qui débouche sur un promontoire qui tire profit de la pente pour s’élever et venir offrir une vue dégagée et libérée des vis-à-vis. Une réelle tension entre les deux bâtiments s’opère grâce à un léger glissement et un couvert partiel qui qualifie cet interstice qui accueille la terrasse du café.

lundi 22 avril 2019

Séance 14 > 18 avril : fabrication terminée !

Photos : Catherine
Troisième et dernier jour de construction des différents éléments qui seront installés voie du TOEC fin mai.
Frédo se met aussi au sciage de papier (et avec beaucoup d'efficacité !)

Klaus et Océane fabriquent les derniers éléments pour les sièges.

L'atelier collage continue...

Chloé et Klaus testent la "méthode finlandaise" pour coller les bandelettes.
Haute précision dans le collage.

ça tourne...

Installation du traditionnel pique-nique de midi.

Tout le monde se met au collage

C'est fini !

Aline, Océane, Catherine, Marion (Le Phun), Cholé, Phéraille, Klaus, Naïm, Moustefa, Frédo (photo prise par Élise, du Phun)

Rangement et stockage.

mardi 16 avril 2019

Séance 13 > 16 avril : atelier, jour 2

Photos Catherine et Aline
Ce second jour, Naïm est remplacé par Léna (qui, en 2016, avait participé au dernier atelier "lumière" à l'Usine > http://futurelumiereurbaine.blogspot.com/ ).
Il s'agit de terminer la ferme, fabriquer les sièges et commencer à mettre les bandes de papier sur les colonnes.
Le prototype de la colonne avec la bande de papier, au milieu de la grande halle de l'Usine

Aline et Léna au vernissage

Les colonnes à "habiller" et un siège en cours de montage

Fin de la pause déjeuner avec le pique-nique partagé (et le plat quasi vide du tiramisu !)

Fabrication des sièges

Dernier élément de la ferme
Opération sciage d'un rouleau de papier pour obtenir des bandes

Chloé au collage des bandes
couper des bandes à la bonne longueur
Organisation collage, plutôt délicat !


Océane et Klaus au montage des sièges


ça avance...

La ferme terminée

Toute le monde admire et donne son avis
un siège prêt

Test d'un siège par Klaus
 
Passage de colle par dessus la bande de papier

Aline peint des tranches des tubes en blanc


Stockage de la ferme, en attendant l'installation fin mai.

Bandes de papier pour les colonnes

Effets d'optiques avec 4 colonnes
Et on termine tout ça jeudi !